Les années qui passent

Les années qui passent

 

 

Quand la vie commence à faire naufrage

Sur ces belles années qui ont disparues

Qu’insinueusement la tempête fait rage,

Je me sens comme un voilier perdu

 

Prises au piège des lames de fond,

Mes plus belles années diparaissent,

Pour faire place au grands tourbillons

Qui voient filer ma belle jeunesse.

 

La forces et la vigueur  sont passées

 Elles sont passées vraiment trop vite,

Laissant derrière chacun de nous attristé

L’impétueuse jeunesse  qui se désiste.

 

Cette vie, où la joie et l’exubérance,

 En Complices faisaient souvent alliance,

Ensemble hûmaient jour après jour

Le parfum de nôtre innocence.

 

Nos printemps se succèdent dans l’ivresse,

L’un après l’autre s’en vont, sans crier gare;

Avec toute l’insoucience de la jeunesse,

Insinueusement, nos jeunes années s’égarent.

 

Comme le vent,Filent la vie et le temps, 

Qui emportent tout sur leur passage,

Souvenirs lointains, et proches souvent

Où la vie et la jeunesse faisaient rage.

 

Claude.M…..Mes écrits.le 23.11.2008

z4912331aa98ca 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Les années qui passent

  1. Félicitations pour ce très beau poème, la réalité de la vie nous emporte, heureusement, il nous reste les souvenirs des bons moments vécus ensemble.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s