Voyage imaginaire  » poème »

 
glitterglitterglitterglitter
 
 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Voyage imaginaire

Je ne voudrais être par moment,
Qu’un grain de poussière sans vie,
Poussée ça et là par les vents,
Emportée dans l’ espace infini..!

Goûter à la douceur du temps,
Qui vient à manquer à mon âme,
Dans le silence et l’apaisement,
Loin des mystères qui se trament.

Lorsque les vents enfin s’apaisent,
Sereine et après bien des voyages,
J’aimerais qu’ils me déposent,
Sur le doux coeur  d’une rose.

Bercée par une brise printanière,
Je ne voudrais penser à rien,
Car le monde présent m’indiffère,

Ah ! si cela pouvait m’arriver,
Ne fut-ce qu’un seul jour,
Que Dieu me pardonne,
Car j’ai vraiment manqué d’amour,
L’amour le vrai celui qu’on espère,
Sans calcul sans regrets sans tracas,
En somme celui qui n’existe pas..!


Publicités

.Doux rève

 
 

 



DOUX REVE.

Tout fait de dentelle,
Mon coeur en émoi,
S’en va à tire d’ailes,
Et part avec toi.

bien loin de la terre,
Vers un ciel azur,
Loin dans l’univers,
Par une embrasure,

Comme une amazone,
Sur un nuage blanc..
Je trouve un repaire,
Pour un peu de temps.

Puis le vent m’emporte,
Au ciel rougissant.
Sur une mélopée,
 pour un coeur battant

Devant moi se dresse,
Le soleil levant,
Et dans son ivresse,
Mon coeur se répand

Claudem.

 

 

LE RETOUR DU PRINTEMPS..Poème

Photobucket

 

 

LE RETOUR DU PRINTEMPS

 


Au retour du printemps la vie est en éveil,

L’hiver dans un dernier sursaut  nous salut,

Lorsque dame nature sort de son long sommeil,

Eclatent , fleurs d’amandier et mimosas charnus.


 Des millions de vies fourmillent dans la  nature,

Dans sentiers et vallons, fleurissent les gentianes

Fleurs multicolores dans leur jolie verdure,

Pâquerettes et liserons aux couleurs diaphanes

 

Dans les bois et les prairies,  la vie se réveille

Les  bourgeons éclatent et s’ouvrent à l’infini,

En cherchant éperdument la caresse du soleil,

Ils réchauffent leur coeur, par l’hiver endormis.

 

Les oiseaux éxités, font leur nid dans les branches,

Pour Protéger jalousement leurs  nichées à venir,

Dans un va et vient, inlassables ils se déhanchent,

Pour que le nid des oisillons soit douillet à loisir.

 

Les ruisseaux  dévalent les pentes embaumées

Leurs doux clapotis enchantent  nos oreilles,

Les moineaux nichent à l’ombre des feuilles dorées,

 Tableau symphonique de la nature qui se réveille.

 

CLAUDE.M mes ecrits du 19 02 2009 

 

 

Dialogue avec la mer

Photobucket
 


Dialogue avec la mer.

Dans la tourmente ,tes flots avec hardiesse
Etreignent mon âme, mon coeur et ma vie,

En toi tout m’attire, tu réussis avec finesse,

A me faire aimer tes vagues en furie.

Tu as un caractère souvent impénétrable,
Mais tous ces mystère font toute ta beauté,
Tes vagues folles, fougueuses, impitoyables,
Soulèvent l’écume, qui se laisse emporter !

La couleur de tes eaux est souvent changeante,
Et c’est ce qui te donne ce charme irréel,
En ton sein , se reflètent les étoiles filantes,
Qui sillonnent l’espace, vers l’ailleurs éternel.

Quant au petit jour l’horizon se dessine,
Le soleil se lève et se répand sur tes eaux,
Ses reflets vermeils et sa lueur divine,
Ramènent mon âme vers un sublime repos.

C’est alors que tes flots  m’envahissent,
Tel un doux parfum, suave et enivrant,
A ce moment là, mes douleurs périssent,
Laissant la place, au bonheur grandissant.

CLAUDEM

Réflexion Philosophique

REFLEXION SUR UN TEXTE PHILOSOPHIQUE : (à méditer)

Un professeur de pilosophie se présente un jour devant la classe avec une série d’objets inhabituels qu’il pose sur son pupitre face à ses étudiants.

 Le silence intrigué de l’assistance étant acquis, le prof prend un grand bocal de cornichons le vide et commence par le remplir jusquau bord superieur,de pierres d’un diamètre situé entre 6 et 7 cm.

 Une fois ceci terminé, il demande à la classe si le bocal est rempli.

Les élèves répondent que oui;

 Le prof prend alors un sachet de gravillons et le verse dans le bocal. Il agite le tout pour égaliser, et voila que le gravier remplit tout les espaces encore vides.

Apres cette manipulation, le prof demande une fois encore si le bocal est bien rempli.

 La classe hilare et intriguée, répond que oui ! 

Le prof se saisit alors d’un petit sac de sable et en verse le contenu dans le bocal. Evidemment, le sable se fraie un passage dans les interstices, au grand contentement de la classe.

 " Voyez-vous " dit le prof en s’adressant à ses étudiants " j’aimerais que vous compariez ceci à votre propre existence "

" les grosses pierres representent les choses véritablement importantes, comme la famille, le couple, les enfants,la santé.

 Ces choses qui font que même si vous perdez tout le reste, votre vie n’en demeurera pas moins remplie.

Les gravillons représentent les choses qui sont importantes mais non essentielles comme le travail, la maison, la voiture".

 " Enfin les grains de sable peuvent être comparés au choses sans importance."

Si vous commencez par mettre le sable dans le bocal, il ne restera plus assez d’espace pour le gravier et les pierres.

Il en va de même avec votre vie,si vous gaspillez votre disponibilité et votre énergie pour les petites choses, il ne restera jamais assez de temps ni de place, pour ce qui est essenciel à votre bonheur.

 "Jouez avec vos enfants, prenez le temps d’être à l’écoute, surveillez votre santé, sortez avec votre conjoint, parlez avec vos parents. Il y aura toujours le temps pour réparer l’aspirateur, pour finir un dossier ou laver la voiture.

Publié dans Non classé.