dure réalité




Dure réalité

Dans un coin reculé, au fond d »une broussaille,
Merveilleuses petites bêtes, et vie qui foisonnent,
Cherchent à se réchauffer contre le froid qui tenaille,
Formes de vie grouillantes, que l’hiver cloisonne.

chacune cherchant une antre, ou un petit refuge,
pour se prémunir de quelque prédateur à l’affût,
mais lorsque,  plus fort qu’eux, le rude hiver s’insurge.
Ce n’est pas d’aubaine..! pour eux point de salut.

ainsi est la nature…!

 Mais nous  humains faillibles que nous sommes
Miroir réfléchissant, de ces petites créatures,
        Dissimulons nos déceptions et nos chagrins,en somme
Cherchant désespérément,  refuge dans l’écriture.
 

.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Non classé. Bookmarquez ce permalien.

9 réflexions sur “dure réalité

  1. c\’est plus qu\’un refuge, c\’est aussi ce pont qui nous lie aux autres C\’est très beau ClaudieSuperbe la photoBises

  2. Bonjour Claudie ! Heureuse de voir que tu as "vaincu" ton virus (sourire)…Tu as raison, l\’écriture est un refuge pour nous humains, contrairement aux "petites bêtes" dont tu parles et qui n\’ont que la nature parfois peu hospitalière… Je t\’embrasse fort…

  3. Merci pour ce joli poème que je découvre.Désespérément écris-tu, peut-être mais aussi pour ton plaisir et le notre.Amicale bise Claudi.Raph.

  4. Claudie, ma tendre amie, ton poème, est très beau, avec beaucoup d\’amitiés, de douceur , de chaleur et d\’émotions, mais je l\’aime beaucoup, merci pour ce partage de ce joli poème, qui est magnifique. Moi aussi, je fais et j\’écris des poèmes sur mon blog, j\’en fais au moins deux par mois, ton poème est très bien écrit et bien fait. Bisous, bonne journée, bonne année et bonne santé pour 2010, je te souhaite beaucoup de joie, d\’amour et de bonheur pour tes petits-enfants et enfants et pour toi aussi, à ma belle amie, Claudie, ton amie formidable, Cathy.

  5. Tu l\’écrit si bien Claudie!… Ho que oui! L\’écriture est mon refuge… Merci ma douce amie de ton passage, je vis un difficile passage moi aussi, mais je ne peut pas le qualifier de passage à vide, parce que les choses bougent, je ressent une énergie bienfaitrice qui fait du ménage autour de moi… Bien sur j\’éprouve des périodes de chagrin, mais c\’est étrange à dire comme la joie refait surface beaucoup plus rapidement qu\’avant… Ce qui me peine le plus ce sont les choses et les gens que je doit laisser aller à leur propre chemin, parfois c\’est nécessaire… Apprendre à aimer c\’est aussi apprendre à laisser partir vers leur propre quête ceux qu\’on aiment,aussi difficile que cela puisse paraitre, c\’est aussi beaucoup aimer que de les laisser voler de leur propres ailes… Et il faut un jour se donner la même permission, par amour pour soi… J\’ai pensé à toi la semaine dernière lorsque mon employeur m\’a annoncé qu\’elle préparait un voyage en Corse en Mai… Je suis ravi pour elle… Moi j\’y voyage en image grâce à ce que tu nous en a partagé, et même en musique aussi… Merci de ne pas m\’oublier, tu es dans mes pensées aussi… Prends bien soin de toi, la vie c\’est comme la mer, nous naviguons sur ses vagues, il y aura de nouveau de belles grandes vagues chaudes Claudie, confiance! Le printemps reviendra très bientôt… Je t\’emrasseÀ bientôt!Francine xoxo

  6. Claudie chagrin ,révolte ,amertume , désillusion , nostalgie exct …fait du bien quand on assemble tout çà dans le refuge dans les mots ces petites créatures on eu la vie dure avec ce froid glacial ..sans elles la nature n\’aurai pas le même décor et le même silence ..Claudie j\’aime l\’ hommage de ton texte ..gros bisous *anitaC*

  7. Belle réflexion que sont tes mots….Oui.. l\’écriture peut être un exutoire… les mots peuvent dire… interpeller…. avertir….quémander… s\’insurger.. revendiquer… ils peuvent être tout ce que nous sommes….SalutationsKleaude

  8. Bonjour ClaudieL \’ecriture est pour nous notre façon de nous exprimerj aime beaucoup ton billet cr j aime la nature et ces petites créatures qui cherchent refuge nouis c est dans nos mots que nous recherchons ce refugebonne soirée et gris bisous deouis Toulousedany

  9. tres beau ton texte claudiene pouvons-nous rien faire contre les aneantisseursqui tuent nos créatures champetres?l\’ecriture est notre issu de raconter nos vies, nos imaginairesà qui veut bien les lire, les entendre et les raconter à autrui…bons bisous du finistere claudie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s