BON WEEK-END

coucher de soleil sur la plage de lozari en haute corse

             

 

 

 

Publicités

BONJOUR !

 

Un petit bonjour aux ami(es) du blog

 Enfin j’essaye de me familiariser avec ce nouveau blog..!   

Il faut dire qu’au début j’étais un peu réticente, Bien que je regrette toujours mon ancien blog…! pourquoi ? parceque nous sommes un peu limités, du moins… MOI !

Il faut dire que je ne suis pas un génie de l’informatique, et qu’ il faut le reconnaître,  emploie  un langage bien personnel et pas à la portée de tous…! et j’en fais parti…!

Mais puisque il faut faire , contre Mauvaise fortune BON coeur, alors j’essaye tant bien que mal, à m’employer à améliorer mon site, autant que mes connaissances ( limitées) me le permettent…!!!!!

J’ai essayé presque tous les thèmes et je me suis arrêtée à celui-ci, enfin pour le moment !

Je vous souhaite à tous une exellente semaine et une bonne fin de dimanche…! bien amicalement….Claudie 

peinture à l'huile (reproduction d'une photo)

 

 















































Belle Kalisté

BELLE KALISTE !
Corse mon ile de beauté,
Joyaux précieux, tu brilles,
Et tes éclats habillent,
Le bleu de l’immensité.
Tu sais illuminer  la vie ,
Et réjouir les coeurs,
En les gratifiant ,
de tes étés enchanteurs.
De tes forêts profondes,
Aux arbres sans pareil,
Les mélodies, inondent,
Et charment nos oreilles.
Je perçois  au loin
Quelques sons de guitare,
Dont les notes magiques,
Glissent comme un nectar.
J’écoute le ressac des vagues
Qui s’écrasent sur le sable chaud,
Où se prélassent mollement,
Quelques barques au repos.
Tableaux innéfables,
Visions enchanteresses,
Où se vident, l’esprit,
 Le coeur, et les penssées,
Ce n’est pas par hazard,
Que l’on t’ai surnommée,
BELLE  KALLISTE…!
Claudem
 
 
 

LE CRI DE LA TERRE

LE CRI DE LA TERRE

C’ est moi la terre !
Vôtre mère nourricière,

je vous ai nourri durant des millénaire

Dans mes élans de bonté..
Je vous ai tout donné.
POURTANT

Je me sens trahie, abandonnée,
Nue, dépouillée, dévastée,
Par l’égoïsme des hommes,
Que l’appât du gain a aveuglé.

Ne voyez vous pas que, je pleure
Que je souffre, et que je crie,
Sachez que si je souffre,
Vous souffrirez aussi !

N’ écoutant pas la voie de la sagesse,
Laissant une épave à la future génération,
Dans l’ombre profonde et la tristese,
Je perds toutes mes illusions

Car chaque jour qui passe,
Diminuent un peu plus mes ressources,
Je ne peux donc vous garantir,
Bonheur santé et longue vie !

Alors si ce n’est pour vous !
D’autres vont vous suivre,
Leurs laisseriez vous
Une planète ivre ?

Mes belles forêts agonisent,
Mes rivières sont polluées,
Et bien qu’immenses
Mes océans sont en démence.

VOUS NE REMARQUEZ RIEN ?

Mais moi dans ma colère,
Je tremble et je frémis,
Dévastant par mon langage,
Les méchants et les gentils,

Je ne peux faire la différence,
Entre les grands et les petits..
Car grande est ma souffrance,
Et mes angoisses aussi.

REVEILLEZ-VOUS !!

Hommes de la terre,
Hommes de tous les pays !
ne soyez pas fiers,
revenez à moi,
Car trop de progrès,
n’est pas de bon aloi

Alors dans ma bonté,
Je pourrais vous pardonner.
Car si vous vous montrez sage,
Je vous accorderai sans ambages,
Et pour une longue durée,
Paix, bonheur, sécurité

un cri du coeur de………..Claudem

LA GRANDE BLEUE

flo

ma fille flo

 LA GRANDE BLEUE

Humblement je m’incline, devant ta grandeur,
Face à tous tes mystères et à ta beauté,
Qu’aucun poète, malgré son dûr labeur,
Avec des mots,ne pourra jamais sublimer..!

Quel que soit le nom que l’on te donne,
Mer, Océan, Grande bleue, tu es aimée,
Ayant vécu l’histoire de beaucoup d’hommes,
Tu es riches en souvenirs, engloutis et oubliés

Mais parfois, les hommes s’illusionnent,
Voulant extirper tous tes mystères enfouis,
Dans tes abysses les plus profondes,

De ta beauté limpide découvrir l’infini.

Pourtant j’aimerais être une sirène !
Pour plonger en ton sein silencieux,
Et découvrir sans frein et sans peine,
L’immensité de tes fonds merveilleux.

Puis m’arrêter là où mon regard se pose,
Ecouter avec délice, le silence me parler,
Me laisser envahir par mille et une chose,
dans ce monde fabuleux où mon coeur a plongé.

Mais je reste dépitée au dessus de ce miroir,
Où se reflète le ciel bleu de l’ immensité,
Car devant cette vision s’envole mon espoir,
irrésistiblement vers toi je me sens attirée..!

claudem….