Quelques clichés autour de chez moi, et un peu de nostalgie avec Demis roussos

Voilà bien longtemps, nous écoutions cette jolie voix de Demis Roussos, Ils nous rappellera bien des souvenirs, pour quelques uns d’entres nous..! avec un peu de nostalgie..! Qui n’a pas dansé sur cette chanson ?

Pour regarder le diaporama, cliquez sur le lien qui suit

 

Publicités

Stand- by

 

Bonjour à vous tous mes amisJe vais mettre mon blog  en pause,

Pour prendre un peu de recul, par rapport à ma présence soutenue,

ses trois derniers mois, j’ai pas mal écrit, et aujourd’hui ici je dépose ,

Mes doux sentiments  et  vous dire merci, pour m’avoir soutenue.

je vous laisse voyager sur mon île, certains la connaisse peu-être,

D’autre la découvrirons j’espère  un jour ,

je peux vous assurer qu’elle en vaut le détour.

 

 

J’ai besoin de prendre un peu d’air, voir l’ailleurs de mon île goûter à la nature de mon pays,
et à d’autres occupations….!

 

Mais je ne peux passer sous silence, Ce grand désastre qui touche des millions de gens,
J’ai beaucoup de peine pour toutes ces personnes qui habitent dans cette belle île du japon..
La vie est une chose si belle, si forte et fragile à la fois ! qu’il faut savoir la préserver.
Cela remet quelquefois en cause la science,
qui tente d’ améliorer nos vies, je le conçois !
Pourtant en faisant grandement, pour faire avancer le progrès,
(dont l’humain ne peut se passer aujourd’hui,)
mais elle n’arrive pas à en maîtriser les terribles conséquences.
J’aimerais avoir avec vous une pensée pour tous ceux qui aujourd’hui
doivent faire face à une situation plus que dramatique,
je dirais même vitale…!

Les images parlent d’elles mêmes,

On ne peut rester insensibles !!!

A bientôt vous tous , je ne serais jamais bien loin ….!
je vous ai à l’ oeil …!(sourire)

Vôtre dévoué poète,

(si le mot n’est pas trop fort),

CLAUDIE.

 

OUfffffffffffffffffff…!

A BIENTÔT

 

SUR UN AIR DE FLAMENCO

 

Voilà encore une semaine de plus, qui vient de s’écouler à mettre au palmarès

de nos années qui passent,

Voici pour vous ce joli flamenco, qui nous emporte, par sa belle mélodie

entraînante

Passez tous un bon week-end qu’il soit ensoleillé où pas !!!

Cette jolie danse  vous réchauffera,

Bises à tous ,

Claudie.

 

confidences d’un enfant à naître

J’ai imaginé les confidences d’un enfant à sa mère,

en visionnant cet extraordinaire odyssée de la vie,

ce fameux voyage dont personne, ne se souvient pour l’avoir vécu.

j’ai donc fait marché quelque peu mon imaginaire.

L’Odyssée d’une vie.

Dans une geste D’ AMOUR,  tu m’as donné la vie,

Dans ce magma intemporel, je prends de la vigueur,

Dès les premières secondes, mon âme t’a suivie,

Sortant du néant, des sphères de ma demeure.

Comme une fleur qui éclot, je m’octroie une place,

Mais je me sens perdu, dans cet immense espace,

Où je tournoie inlassablement, avec le lien de la vie,

M’accrochant à ce doux cordon, qui à toi me relie.

Plongé dans ce vide abyssal, je fus un noyau informe,

Mais la vie se dessine lentement en moi et je prends forme,

Dans le silence de la nuit,  lové en ton sein  je m’élance,

Plongé dans l’univers,  de ce liquide en mouvance.

Je suis comme une fleur, qui pousse en  terre féconde,

Au rythme de tes songes, au rythme de ton sang,

Sortie tout droit du néant, ma vie éclot lentement,

Vers l’étoile brillante de la vie, dont je perçois les ondes.

Les jours passent, je m’étire, je baille et prend forme,

Les parties de mon corps, de plus en plus se précisent,

Dans ce liquide harmonieux, je circule à ma guise,

Ecoutant les battements de ton coeur, qui m’endorment.

Mais quelque peu me bouscule, la magie de la vie

Chaque jour qui passe me transforme,  et me rend plus joli,

Je te promet j’aurais les yeux que tu préfères,

Et les cheveux aussi noirs,  que ceux de mon père.

Tu verras j’aurais aussi ton joli minois,

Je serais le plus beau, des bébés pour toi.

Parcourant après bien des efforts, cet long couloir,

Tu déposeras sur mes joues, un baiser tendre et doux,

Plus tard tu me raconteras de bien jolies histoires,

Que j’aimerais entendre pour m’endormir le soir.

Et lorsque je serais plus grand tu me chanteras,

De ta jolie voix, qu’en ton sein j’entends déjà,

Cette douce mélodie, que souvent tu me fredonnes,

Sur laquelle souvent je m’endors et m’abandonne.

Nous irons si tu veux cueillir, ensemble de jolies roses,

De toutes les fleurs je sais,  se sont celles que tu préfères,

Et de ta charmante plume tu m’écriras, de belles proses

Tu me liras aussi des vers, de Baudelaire où de Prévert,

Car je sais que l’écriture est toute ton âme,

Tu feras grandir en moi cette jolie flamme,

Et les mots qu’aujourd’hui sur mon coeur tu déposes,

Je ne tarderais pas , attends moi, bientôt je serais là,

Tu es si belle maman, je t’aime déjà.

Claudem

copyright 00045059

confidences

 

 

 

Confidences,

Je voudrais vous laisser de ma plume virtuelle,

Ces quelques mots confus, mais sincères et réèls,

Depuis ce silence éclos, du fond de ma mémoire,

J’écris fiévreusement, sur ce rigide grimoire.

Je me parle à moi-même, dans l’espoir de me retrouver,

Et j’imagine vos réponses, dans mon coeur gravées,

Je me surprends et voilà, que mon esprit vagabonde,

Traversant sans encombres les airs et les ondes,

Pour surgir lentement, derrière ce rideau grivelé,

Oui ! je m’accroche à ce roc aux abords dentés,

Où je suspends mon coeur et mon être friable,

Car sous moi s’annonçait un vide redoutable,

Alors je reste accrochée malgré les écorchures,

Pour ne pas dévaler dans un silence sans démesure,

Où depuis toujours quelques braises couvaient,

Mais vos souffles attisèrent ces flammes,

Qui dormaient sous les cendres de mon âme,

j’avance dans ce désert  brûlant et insoumis,

En étalant ma vie comme une oriflamme,

Qui affiche avec pudeur, les abords de ma vie

dévoilant sans vouloir le reconnaître

les émois de mon tout être.

 

Claudem