LE TEMPS QUI PASSE…!!!

LE TEMPS QUI PASSE.

 Comment puis je arrêter mes saisons dans l’espace ?
Ces années de ma vie où  j’entends retentir,
-Coulant tel un sanglot inutile et fugace-
Tous ces instants heureux, ne sont qu’un souvenir.

Hors ce temps précieux ondoie sans me faire grâce,
Cheminant en silence, il se fait ravageur,
Il franchit l’univers comme un glaive qui trace,
Arrachant à mon âme ce qu’elle a de meilleur.

Sous le regard pesant des jours de ma jeunesse,
En Funambule toujours, sur un fil j’ai marché
Je vois le présent fuir et pourtant je confesse,
Le calme et la sagesse, en son sein j’ai gagné.

Et la vie en mon coeur se fait alors bien brève,
Sur le chemin discret, quelques fils d’argent,
Vont couronner ma tête et l’ironie s’achève,
Chimérique est l’espoir, qui s’enfuit lentement.

CLAUDEM

Copyright n°00045059

Publicités

17 réflexions sur “LE TEMPS QUI PASSE…!!!

  1. Bonsoir Claudie

    Superbe poème sur le temps qui passe Claudie, eh oui, le temps qui passe à une vitesse grand V comme l’on dit chez nous, nous procure souvent la nostalgie de notre jeunesse, je pense que c’est normal pour tout le monde d’y penser lorsque l’on arrive à une deuxième ou troisième étape de notre vie.

    Tout ce temps qui a passé sans que je ne sache que tu as recommencé de poursuivre tes magnifiques écrits sur ton blog ma chère Claudie, puisque la dernière fois que je suis passée tu avais décidé d’arrêter un certain temps, mais bon, moi aussi je ne peux pas toujours passer mes journées sur l’ordinateur car j’ai bien assez d’autres occupations en commençant par ma famille, ma maison à entretenir et mon job à l’extérieur, bref… !

    Eh oui, le temps qui passe
    Hier… Je ne me doutais même pas de sa présence, l’ignorant, passant outre…!
    Aujourd’hui… J’ai peine à l’oublier, il me hante et me tourmente et sans arrêt se fait sentir…!

    Il court sans cesse, m’imposant l’état d’urgence. Il file sans penser qu’il me presse, sans penser qu’il me fait peur. Il avance sans se soucier de mes états d’âme qu’il dessine sans aucune pitié sur mon visage…! Pourtant, il lui arrive de s’étirer sans fin, me causant de vives impatiences, me causant de vifs chagrins… Tellement il se fait indécis, imprécis et parfois s’éternisant sans fin.

    Il faudrait que j’apprenne à le prendre tel qu’il est… Tel qu’il se présente à moi… Il faudrait que j’apprenne à le savourer ou parfois à l’ignorer…! Il joue sans pitié avec moi, et me contredit sans cesse… Piétinant tranquillement quand je voudrais qu’il coure et se précipite… Quand je voudrais qu’il s’arrête…! Il m’ouvre les yeux sur mon hier… Pour comprendre mon aujourd’hui… Et espérer mon demain…!

    Comme autant de grains de sable emportés par le vent qui s’écoulent et s’échappent sans que j’aie le moindre contrôle sur eux…!

    Le temps… Le temps qui passe… Qu’il est difficile de l’apprivoiser ce temps Claudie…!

    Bien amicalement et bonne soirée… Caroline

    Cueille le temps

    Tu ne peux pas retenir le temps.
    Il passe.
    Il coule entre tes doigts
    Comme l’eau de la fontaine.
    Il glisse dans ta main
    Comme le sable de la mer.
    Tu ne peux rattraper le passé.
    Il n’est plus.
    Il s’en est allé
    Comme le couchant d’hier.
    Il est disparu
    Comme un souvenir perdu.

    Tu ne peux emprisonner le futur.
    Il n’est pas encore.
    Il viendra à son heure
    Comme le levant de demain.
    Il te rejoindra
    Comme la vague qui s’approche du rivage.

    Mais tu peux toujours cueillir le présent
    Comme un beau présent de Dieu.
    Ce présent est comme un grand arbre :
    Il plonge ses profondes racines
    Dans ton passé tout plein
    De souvenir et d’expérience,
    Comme une sagesse accumulée.
    Et il lance ses longues branches
    Vers ton futur tout plein
    De promesse et d’espérance,
    Comme un projet emballant.
    Le présent est fait
    De ton passé qui n’est plus
    Et de ton futur qui n’est pas encore.

    Prends le temps qui t’est donné
    À chaque instant qui passe.
    Cueille-le précieusement
    Comme l’eau du ruisseau
    Qui t’est toujours disponible.

    Ne gaspille pas ton temps,
    C’est un cadeau de Dieu.
    Ne passe pas ton temps
    À courir après le temps.
    Prends ton temps.
    Ne dis pas : je n’ai pas le temps.
    Dis plutôt : j’ai tout mon temps.
    Ne sois pas avare de ton temps.
    Donne de ton temps aux autres
    Comme Dieu te le donne à toi.
    Ne cours pas tout le temps,
    Prends ton temps.
    Et laisse au temps
    Le temps
    De faire son temps.

    Alors, tu gagneras du temps.
    Et tu découvriras
    Que c’est beau et bon le temps,
    Que c’est plein de Dieu dedans.

    Poème de Jules Beaulac.

    • J’ai été absente car un peu fatiguée…et besoin de faire une pause..!!

      Là…vraiment… tu me gâte..elles sont si jolies ses paroles si douces et si vraies, je les ai lu avec un tel plaisir.. je te découvre de plus en plus…ta belle âme convient à la mienne…je partage tes idées..Ce poème parle de mettre sa confiance en Dieu..oui je heureuse de mettre ma confiance en Lui. Aujourd’hui la foi se perd, nous vivons dans un monde trop matérialiste.
      merci pour tous tes mots gentils ma chère Caroline…et pour ce joli poème qui m’a beaucoup touchée

  2. Ah ce temps qui passe inexorablement, sans pitié pour nous. Pourtant sans le savoir, il inspire à certains et surtout certaines de très jolis poèmes pleins de nostalgie et empreint d’une douce mélancolie. La funambule que tu es peut continuer de se promener sur son fil car, si la jeunesse n’est plus vraiment là, l’âge mûr lui a apporté l’expérience et les connaissances qui lui permettent d’avancer plus sereinement et plus sûrement sur ce fil.
    Désormais, la funambule avance avec un cœur chargé d’espoir et trouve désormais le moyen d’écrire des vers remplis de sagesse. Cette funambule peut se réciter cet adage « Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait. »»
    Mais comme la funambule se trouve entre les deux, elle peut encore s’offrir bien des joies, des plaisirs et des espoirs : la vie lui ouvre grand les bras ! Bisous chère Claudie.

    • Ah ! cher Yann, quelle jolie analyse tu as su faire de ce poème, que j’affectionne tout particulièrement…Nostalgie et souvenirs (et je n’oserai dire regrets.car les regrets sont stériles)….mélangés en mes mots, que la douce expérience, m’ apporte en sagesse….oui c’est un adage que je me suis souvent répété… ….

      Comme tu le dis si bien…il reste encore pas mal de temps pour profiter à bon escient des quelques années restantes..!!!.
      la vie est belle, et souvent on ne l’apprécie pas à sa juste valeur…il faut faire souvent abstraction, des mauvais moments pour saisir pleinement la vie…merci pour ce joli commentaire Yann, et que la vie soit douce avec toi cher ami….continu dans l’écriture, pour laquelle tu as un vrai don de conteur.

      à plus Yann, bise amicale,

      Claudie

  3. À quoi bon regarder en arrière, il vaut mieux savourer ce qu’offre le temps présent et rêver que plus tard certains de nos rêves et de nos espoirs se réaliseront.
    On ne peut arrêter le temps, vivons donc avec lui.

    • Tu as bien raison, mon cher Peter…soyons franc et laissons nous dire…que chacun de nous a quelques regrets de voir s’éloigner, ce que fut notre jeunesse et notre vitalité

      et si tu me dis le contraire…je ne le croirais pas…seulement certains accepte plus que d’autre.

      c’est ainsi, et de plus….. mettre des vers sur mes ressentis m’aide à voir s’écouler le temps avec plus de résignation….sourire….tu sais que j’adore écrire…c’est comme un bon remède.

      bise amicale, en attendant de te lire.

      Claudie

    • Oui, GAËL, tu as tout deviné…l’écrire c’est l’accepter
      plus facilement…j’espère que pour toi tout va bien..et je te le souhaite,
      Gros bisou mon cher ami…et à très bientôt

      Claudie

  4. Bonjour Claudie ,

    A l’Hors bon Vent à ton Allure , te Voilà marcher à Présent ,
    Ouvrir les Yeux de Ton Vivant , l’Esprit donnant toute sa Mesure ,
    Pour être à Fleur de chaque Murmure , il faut par Foi prendre le Temps ,
    Saisir l’Essence profonde du Chant , S’Ouvrir au Sein de Mère Nature.
    ~
    Sans Ironie avance le Rêve , Portant les Jours au Firmanent ,
    La Vie en Soie est Vif Argent , s’écoulant d’Une à Fleur de Sève ,
    Au Fil des Choix le Voeu s’élève , nos Actes deviennent plus Important ,
    La Source est Brève pour un Battement , Jamais à l’Hors le Coeur Fait Grève .
    ~
    NéO~
    ~
    Becs d’Ecorce.

    • Bonjour mon cher NéO, te revoir sur ma page est un vrai ^plaisir…oui j’ai du faire une pose…cependant je serais moins présente sur mon blog, ce qui ne veut pas dire, complètement absente…car j’ai de bons amis ici, peu nombreux mais je sais que ceux qui sont présent, le sont vraiment…!!

      je t’espère en bonne santé et en pleine forme…bisou amical

      Claudie

    • Merci Océanelle…Je sais ton compliment sincère et il touche mon coeur….Nostalgique…OUI…je le suis de nature..hélas…Mais ça m’aide à écrire..donc
      ça a des coté positifs…sourire..!

      bises sincères ma douce et à bientôt

      Claudie

  5. Et oui Claudie et, nous passons avec ce temps …
    Mais, il est beau ce temps qui passe et je te le souhaite
    doux et agréable en ce week-end accompagné de toute
    mon amitié,
    Sincèrement et de tout ♥,
    Bises,
    C☼lette 😀

  6. Le temps passe….et au fil du temps se dessine une vie….
    Et les souvenirs font qu’on se berce des années passées pour mieux assumer celles à venir et en vivre d’espoir et de sérénité…

    Amitiés
    Kleaude

  7. Bonsoir Claudie,
    On ne peut pas arrêter le Temps, on peut juste le prendre.
    C’est comme ça, on n’y peut rien, on doit faire avec.
    Tout est éphémère, le savoir, permet peut-être de mieux apprécier ce Temps qui nous reste.
    Mais quoiqu’il en soit, on ne maitrise rien.
    La Vie est ainsi faite, un souffle et nous voici,
    et puis le souffle s’arrête et pour nous, c’est fini.
    La mélancolie, fait partie de la Vie, ton écrit est un cri,
    mais un cri dans la nuit.
    J’aimerai être magicienne, pour ôter de tels maux,
    mais nous sommes seulement humains,
    c’est si peu et tellement, c’est ainsi.
    prendre juste le Présent, il est là,
    n’en doute pas. C’est maintenant la Vie.
    Demain, est d’un autre temps.
    Aime au Présent, Claudie.
    Des mots faciles à dire,
    et pourtant c’est là, toute la magie.
    Des pensées de tendresse,
    je t’embrasse et embrasse ta maman, pour moi, si tu veux…
    Sois Bien, Claudie, ne te fais pas plus de mal, que tu n’en as déjà.
    ………..
    bisous.
    PS : J’espère que par chez Toi, la tempête ne fait pas trop de dégât

  8. Et inexorablement le temps passe.
    L’espoir doit nous soutenir
    Le funambule ne tombe jamais de son fil tendu
    Fais comme lui
    Regarde devant ;va sur ton chemin de vie
    Ma main je te tend
    Et les jours heureux reviendront
    Vois là bas au loin l’horizon
    Vois tu cet arc en ciel?
    Quelle merveille
    La vie est comme lui
    UN jour rose,un jour gris
    Garde la plus belle couleur
    Pose la sur ton coeur
    Douce nuit Claudie
    Ton amie:Dany

    • Je t’écoute ma Dany…ce n’est que la nostalgie de la jeunesse qui me fait écrire ces mots ..je crois que nous en sommes tous là….à voir ce temps passer inexorablement…mais l’espoir est là …la vie belle comme une pierre précieuse, que l’on garde jalousement..!! lovée en nos coeur.
      Je t’embrasse affectueusement ton amie,

      Claudie

      7 janvie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s