LE DERNIER JOUR DE L’ETE

 C’était très certainement mon dernier jour de plage,  le soleil s’était fait plus doux, la brise était légère et le bleu de la mer turquoise, et les mots envahissaient mon esprit…!!!j’en ai noté quelques uns sur l’instant qui furent la base de mon poème…je souhaite que vous preniez autant de plaisir que j’en ai eu à l’écrire.

Bonne semaine à vous tous…..Claudie

LE DERNIER JOUR DE L’ETE

Sur ma peau, que caresse une brise légère

S’attarde un doux soleil qui fuit à l’horizon

 Quand décline en douceur une arrière saison

qui va se dissiper vers un temps éphémère.

**

Le sable scintillant et la mer qui écume,

Laissent en moi le goût d’un bonheur infini,

 Et ma plume a gravé cet instant inédit,

Que le vent vient fouler sous un voile de brume.

**

Ô ! suave saison, tu te fais si discrète !

Laissant place à l’automne en douce éffeuillaison

Où les couleurs de miel réchauffent ma raison,

Sous la voute céleste, enjôleuse et secrète.

**

Je sens fuir en ce jour,  l’été qui part sans trêve,

Son exquise chaleur dans mon coeur alourdi,

Coule comme un ruisseau sur mon être ébaudi

Qui s’épanche en regret lorsque le jour s’achève.

**

Je sais qu’il reviendra ; comme revient la vague

Fidèle et bouillonnante en quelque flux marin,

J’attendrais le retour de l’été souverain,

Gardant les yeux fixés vers l’oiseau qui divague.

**

Claudem le 21 09 2012

 (texte écrit le dernier jour de l’été)

Publicités

19 réflexions sur “LE DERNIER JOUR DE L’ETE

  1. je reçois un mail avec un nouvel article et là rien;;mais je te fais un coucou accompagné d un bisou du coeur et d amitié
    pas souvent sur les blogs
    j espére que tu vas bien Claudie
    ton amie qui pense à toi

  2. Je viens de voir un message comme quoi tu avais écrit « La terre en détresse » mais il n’apparait pas sur ton blog.
    J’ai pu tout de même lire ce poème engagé qui condamne fortement avec des mots bien choisis les actes irresponsables des hommes face à la terre. Une terre empoisonnée, souillée et violée par des hommes fous et aveugles.
    Des hommes trop orgueilleux pour se rappeler que cette terre, ces océans et tout ce qui l’entourent sont l’oeuvre d’une main divine.
    J’ai apprécié ta façon d’annoncer la façon dont tous réagiront lorsque l’irrémédiable arrivera. Tel que tu décris ces hommes, on a l’impression d’avoir sous les yeux un tableau qui dépeint avec des couleurs sombres et fauves un décor triste rempli d’hommes allongés suppliant les cieux de tout arrêter. Un bel écrit.

  3. doux moment de lecture sur ton poème que cette été qui s’achève .
    Claudie,
    Je devais te donner un coup de fil pour t’expliquer pourquoi je ne t’avais pas avertie de ma venue en Corse. Je le ferais dans la semaine mais sache d’ors et déjà que j’ai demandé à mon fils d’aller te faire un coucou à ma descente du ferry. Il a dit oui puis c’est rétracté me disant que l’on ne pouvait pas s’annoncer comme cela à 7 heures et demie du matin !!! J’ai pensé qu’il avait sûrement raison.
    Nous sommes restés deux jours à Calvi chez un amis de Mario qui est guide de montagne.
    La corse est magnifique j’en ai pris plein les yeux.
    Je t’embrasse très, très fort.
    Roberte

  4. Un petit passge par chez, cela fait bien du temps …
    Magnifique écrit, nostalgie de l’été… J’aime!
    Je te souhaite une douce nuit et plein de beau rêves, gros bisous

    • Merci Irène ton passage m’a fait plaisir…les souvenirs remontent loin, c’était sympa et je regrette ce temps.
      Passe une bonne journée.
      Très amicalement.
      Claudie

  5. Je viens de t’envoyer un commentaire mais il n’apparait pas. Peut être est-il dans les commentaires à approuver ? Si tu ne l’as pas, je tenterai de le recommencer.

  6. On ressent dans ce bel écrit un mélange de nostalgie et de romantisme. Tandis que filent les vers, nous sentons s’éloigner doucement l’été et s’approcher l’automne en catimini.
    Ce poème me laisse une impression de douceur et de sérénité : à la lecture des vers je me voyais allongé sur le sable bercé par une brise tiède et caressé par les rayons encore bien présent.
    Cet écrit est si bien crée qu’à aucun moment, je n’ai ressenti de tristesse à l’annonce de l’arrivée de l’automne car tu as écrit ce texte de façon à ce qu’on sente la transition été-automne en douceur. Aucune tristesse ni trop de regret puisqu’à la fin il nous reste l’espoir de le revoir l’an suivant. Bisous Claudie

    • Bonsoir Yann,

      En fait tu as bien ressenti ce que j’ai voulu faire passer comme sentiment.

      Faire une douce transition de l’été à l’automne…D’ailleurs l’automne est une saison magnifique de par ses couleurs chatoyantes et douces qui ne laisseraient aucun poète indifférents.

      merci pour ta lecture fidèle.

      Je t’embrasse amicalement

      Claudie

  7. Cela nous fait passer de l’été à l’automne agréablement même si nous regrettons les belles journées d’été et les soirées merci beaucoup pour ce magnifique poème qui nous envole vers l’automne,gros bisous

  8. Merci pour ce Partage en Hors Claudie ,

    Au Delà l’Eté s’achève , dans un Rayon de l’Une ,
    Aux Feuilles s’en vont les Plumes , écrire un brin de Rêve ,
    L’Automne sonnant la Trêve , son Temps fait notre Fortune ,
    En Vagues résonne l’Ecume , En Mère voyage la Sève .
    ~
    NéO~
    ~
    Becs des Quatre Saisons 😉

  9. Oui l’été part… une certaine nostalgie nous berce… mais comme l’amant fidèle, on sait qu’il reviendra. Alors nous en rêvrons dans les prochains mois à venir….

    Amitiés

    • Tu as raison sur un point cher Kleaude…La nostalgie d’une future belle saison…bien que l’on apprécie chacune d’entre elle.

      Quand à l’amant qui revient…s’il revient…sourire…C’est qu’il est parti…donc pas si fidèle que ça…. alors il vaut mieux pour lui qu’il en reste là…rire.(boutade)

      bonne soirée kleaude, à plus.

  10. Alors Claudie, ce fut un beau et doux jour que ce dernier jour d’été !
    Oui, j’ai eu tout le plaisir que tu souhaitais à ma lecture, c’est si agréable de te lire tu sais ! L’automne est là et je te le souhaite bien beau !
    Bisous.

    • Ma Colette…Je suis longue à la détente…Je me fais parresseuse…Mais je ne t’oublie pas, toi et ton sourire qui illumine ma page. Merci pour avoir déposé ton gentil commentaire

      Je t’embrasse ma douce Colette.

      douce nuit….Claudie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s