LE TEMPS DES REGRETS

mer_0102.jpg

LE TEMPS DES REGRETS

Mon violon gémit dans une longue étreinte,

Pour implorer le ciel, où s’est perdu son cri

Il sillonne l’espace, et tout semble banni,

J’entends avec regret s’éloigner sa complainte.

02

Ce monde  à l’apogée où le savoir trébuche,

Ne sait plus discerner le pourquoi, le comment !

Sans ignorer l’ écueil à surmonter vraiment,

Il s’applique impavide à détourner l’embûche.

02

Le progrès galopant va peut-être nous nuire,

Il est des jours lointains que l’on regrettera,

Quand tout semblait si pur mais, rien n’effacera

Ces jours qui s’écoulaient, heureux, sans rien détruire.

02

Devrons nous dire adieux à ces clartés d’antan

Qui étaient dans nos coeurs la douceur sacro-sainte ?

Et mon violon pleure arrachant sans contrainte,

Mes larmes au parfum de myrrhe et d’ oliban.

Claudem

Publicités

23 réflexions sur “LE TEMPS DES REGRETS

  1. Bonsoir Claudie!
    Je viens de passer un certain à lire tes créations; C’est sublime!
    J’adore.
    Merci pour ce bon moment passé en ta compagnie. Bises d’un Nord où il fait encore bien froid.

  2. faut il avoir des regrets
    Je ne sias
    parfois ils m’éffleurent mais jamais bien longtemps
    Mes états d’âme ressemblent tant aux tiens Claudie
    Ce violon emporte trés loin nos souvenirs ma belle amie
    Mais notre amitié est là et pour la vie
    Je rêve de te rencontrer un jour
    Qui sait!!!!!!!! ton ile est si belle
    Je la connais si bien
    Y revenir serait que du plaisir
    Bisous avec toute mon amitié
    A bientot ici ou ailleurs
    Dany

    • Merci ma chère Dany…tu es une amie et si j’ai le plaisir un jour de te rencontrer…ce sera vraiment un bonheur. Si tu viens sur l’île préviens moi.

      Nos affinités nous rapprochent je pense et nous avons les mêmes passions…la peinture et l’écriture……Et certainement +++++

      Je te remercie pour ton passage sur mon poème et mille bisous pour toi.

      Ton amie

      Claudie

  3. Un fort beau texte tout en mélancolie qui montre l’opposition entre le bien que peut apporter le modrnisme et le mal qu’il peut faire s’il est mal utilisé.
    Ces quelques vers sont une condamnation d’une façon de vivre qui a omis de prendre le temps de profiter et de préserver.
    Bien que mélancolique, ce texte est rendu presque tragique par le son de ce violon qu’on entend pleurer sur ce qui risque d’être les ruines d’un monde et d’un art de vivre. Heureusement, dans ses larmes coulent une une question qui laisse place à un peu d’espoir sur une sagesse retrouvée par une majorité.
    Voilà un texte je je verrai bien agrémenté d’un vers qui reviendrair en léïmotiv après deux quatrains afin que le tout puisse être déclamé sur un fond de violon et de piano comme un appel, une mise en garde, une supplique.
    Un fort beau texte, un texte bien travaillé, bien ciselé comme tu as le don de les faire. Bisous chère Claudie.

    • Bonsoir Yann.

      Tu as tout dit et comme d’habitude tu as su analyser le fond de ce poème qui reflète un regret d’une vie passée qui,laissait place aux rêves même si elle n’était pas parfaite elle avait néanmoins plus de valeur et de respect des êtres l’humains et de l’environnement,

      Je ne pense nullement que l’ homme aille vers un temps meilleurs, il est trop absorbé par la gloire et gagner toujours plus…c’est la course aux gains au détriment des êtres qui sont les moins favorisés.

      Laissons l’avenir nous prouver le contraire. Ceci dit j’ai espoir que cela changera un jour,
      mais non par la volonté des hommes.

      Bises amicale cher yann et bonne fin de soirée.

      Claudie


  4. Alors gardon l’espoir en des jours meilleurs.
    Que nous vivrons, ensemble, en ouvrant grand nos cœurs.
    En attirant à nous une vague de bonheur,
    Qui unira, vaillante, en une nos âmes sœurs…

    Hé bien, voilà que tu m’inspire avec ces très beaux vers.
    Meilleurs vœux pour 2013 Claudie,
    Amicale bise,
    Raph.

    • Salut Raph….heureuse que mon poème t’inspire, j’espère que tu reprendras l’écriture un jour où l’autre ?…je viendrais faire un petit tour par chez toi…..mes amitiés et merci pour ton commentaire sympa.

      bise amicale.

      Claudie

  5. Un texte, si bien écrit, résume bien le paradoxe du modernisme. Oui, il faut certes évoluer, mais faut-il en payer un prix aussi prohibitif? Je crains surtout des effets irréversbles sur notre nature. Et comme tu le dis si bien en commentaire, il ne s’agit pas de dénigrer le progrès, mai sbien d’apprendre à le maîtriser. Et comme le dit marie, je crois qu’il faut savourer le moment présent….mais en ne perdant pas de vue le lendemain…;-)

    Mes salutations et mes voeux de bonne année !

    • Avec pas mal de retard je veux te remercier pour ton commentaire . Je vois que tu as saisi ma pensée, qui ne comdamne pas le progrès…Mais seulement ce qu’on en fait !

      Mes amitié Kleaude

      Claudie

  6. Oui, lorsque l’on regarde en arrière, tout semble beau et meilleur qu’aujourd’hui, mais, en était-il vraiment ainsi ?
    Je ne pense pas.
    Il faut vraiment faire la distinction entre ce qui semblait et ce qui était 🙂
    On a toujours tendance à embellir le passé, alors que seul le présent vaut la peine que l’on s’y attache.

    Beau billet qui donne à réfléchir
    Bien cordialement
    Marie

    • Bonsoir Marie

      En tous les cas la vie était plus simple et les valeurs plus sûres…Ce n’est pas le progret qui est en cause mais la façon de ne pas le maîtriser.

      Ma chère Marie, le présent n’est intéressant que pour une petite partie de l’humanité.
      Quant au reste ??????????

      heureuse que mon billet t’ait plu

      Mes amitiés

      Claudie

    • Tu as raison, si l’on regarde le passé il y avait déjà des choses pas très jolies en effets. Mais nous vivions quand même des moments heureux en famille, les liens étaient plus ressérés, les valeurs existaient malgré tout…Et c’est une partie de tout cela que l’on peut regretter..
      Ce n’était évidemment pas le paradis…Mais l’on pouvait encore rêver. Pas aujourd’hui
      où richesse et misère se cotoient.

      Mes amitiés Marie.

      Claudie

  7. Ces jours, ils étaient beaux certes … gardons-en les beaux souvenirs …
    vivons ce présent s’ouvrant sur un avenir lui guémandant nos attentes qui ne peuvent être pires … bonne soirée pour toi chère Claudie !
    Bisous.

    • Ma chère Colette je te remercie avant tout pour ta présence. Moi je ne peux en dire autant !

      Vois tu….. MOI….. je ne peux vivre le moment présent sans penser à celui à venir. Ce serait égoïste de ma part car ça voudrait dire …Tant pis pour ceux qui vont venir…Non ! l’avenir pour nos enfants ne sera pas rose.
      Mais je m’attèle à vivre le mieux possible le présent, en le rendant riche d’actions.

      Je t’embrasse. à bientôt

      Claudie

      • … et, c’est une bonne façon de faire car, le présent est le seul moment sur lequel nous avons de l’emprise … bonne nuit à toi Claudie et agréable nouvelle semaine ! xxx …

  8. Claudie, Je ne sais s’il est facile de dire adieux à nos souvenirs d’antan. Je suppose que c’est a cela que tu fais allusion?
    En ce qui me concerne il m’en a fallu du temps… Il est sûr que ce progrès dont nous jouissons tous a rompu la trame qui reliait les familles entre elle. Rien n’est simple… et tout ce que nous accomplissons est sans lendemain.
    Bisous
    Roberte

    • Bonsoir ma chère Roberte, avec un peu de retard je répond à ton commentaire…Oui je fais allusion où même si ce n’était pas un monde parfais , il fut un temps où les valeurs étaient encore estimées.
      Aujourd’hui ce n’est plus le cas, et ça se généralise. Oui je regrette le temps de mon enfance où la vie était plus simple et plus belle, et (certains) progrès, OUI je les regrette ils ne nous apporte que peine et souffrance.

      Je t’embrasse et je ne t’oublie pas.

      Claudie

  9. Au Loin s’envole le Temps , des Choses sans Demi Teinte ,
    J’écoute à l’Hors ta Plainte , d’Accord Naturellement ,
    Ce Monde au Quatre Vents , apporte plus de Contraintes ,
    Ses Libertés sont Feintes , Sous Mille & un Carcans .
    ~
    NéO~
    ~
    Becs itinérants

    • Bonsoir NéO,

      Heureuse de te voir ici ! et oui ! c’est ça l’itinérance…un jour ici et l’autre ailleurs…sourire.

      Oui nous sommes bien d’accords sur le sujet, je crois qu’il est d’actualité, et ton quatrain est sublime aussi.
      Porte toi bien NéO, toi et les tiens. Merci pour ton passage.

      Ton commentaire me fait plaisir.

      Mes amitiés sincère et bise amicale.

      Claudie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s