CHANT AUTOMNAL

CHANT AUTOMNAL (Sonnet irrégulier)

Le jour se cristallise empourpre un coin du ciel
Et flemmarde à pas lents vers la saison d’automne
Dans l’éther cristallin qui rend mon âme atone
Se tourne mon regard vers ses couleurs de miel.

La feuille frissonnante en cette aurore exquise;
virevolte et frémit ; soupire en s’esquivant,
Et frétille dans l’air où l’emporte le vent 
Quand la saison blafarde enfile sa chemise.

De sa couche, endormi, se lève un beau soleil ;
revêtant son habit dans un demi-sommeil,
Nous offre un camaïeux de couleurs qu’il peaufine.

Il frôle le silence enfoui dans mon coeur;
qui se laisse bercer par cette aube divine
Et  mon doux vague à l’âme exalte en sa splendeur.

ClaudeM.